Trois célèbres épreuves d’endurance rassemblées en 5 semaines. Une de trop ?

Le Mans, Le Nürburgring et Spa: 72 heures de courses à suivre en 5 semaines, ça fait beaucoup...

22 octobre 2020
Par Max
Cover image

Traditionnellement l’épreuve du Nürburgring suit les 24H du Mans d’une semaine, mais on peut souffler un peu avant les 24H de Spa qui se déroulent presque 10 semaines plus tard. Pas cette année, puisque corona dictateur oblige, tout le monde a voulu organiser sa course en septembre. Pas de bol, septembre ne compte que 4 week-ends.

Problème d’agenda

Évidemment, à cause de la pandémie mondiale et des joyeusetés qui vont avec, tous les championnats ont vu leur calendrier chamboulé. Le WEC avec les 24H du Mans et le “GT World Challenge Europe” avec les 24H de Spa. Les 24H du Nürburgring ne font partie d’aucun championnat, ce qui ne les a pas mis à l’abri d’un remaniement de calendrier.

Du coup, presque tout le monde s’est retrouvé à courir en septembre et en octobre, ce qui nous a donné ce calendrier décalé et plus serré qu’une bande de sardines dans leur boite.

Ça aurait pu être pire, ces courses auraient pu être purement et simplement annulées. D’autant plus qu’elles se sont déroulées à huis clos, sauf au Nürburgring où le public était autorisé uniquement dans les gradins de la partie Grand Prix du circuit (personne le long de la Nordschleife).

Les tribunes du Mans désespérément vides

Le jeu des 7 différences

Habituellement, ces 3 courses ont lieu en été avec Le Mans et le Nürburgring vers la mi-juin et Spa à la mi-août. Une petite semaine sépare Le Mans et le Nürburgring, ce qui doit être relativement éprouvant pour les équipages participant aux 2 courses.

Cette année particulière ne fait pas exception à la règle, elles se suivront à une semaine d’intervalle. Sauf qu’elles auront lieu fin septembre et Spa fin octobre, ce qui change tout de même 2 ou 3 trucs:

La durée de la nuit

Ce n’est pas par hasard si ces courses se déroulent en été: c’est à ce moment que les journées sont les plus longues et les nuits les plus courtes. Mais fin septembre, les nuits sont beaucoup plus longues: pour les 24H du Nürburgring par exemple, la nuit est tombée à peine 4 heures après le départ ! Et la nuit dure environ aussi longtemps que le jour.

Qu’est-ce que ça change ? 4 heures d’obscurité supplémentaires par rapport à la mi-juin. Pour Spa ce sera pire encore: les pilotes rouleront plus longtemps dans l’obscurité que dans la clarté (la nuit sera plus longue de 3 heures que le jour).

Et tout le monde sait que rouler de nuit ce n’est pas vraiment pareil que rouler de jour…

La météo

Un autre facteur important c’est évidemment la météo qui n’est pas la même en juin et en septembre. Même si les statistiques montrent qu’il y a en général moins de pluie en septembre qu’en juin, ces mêmes statistiques indiquent que les averses sont plus longues et plus intenses en septembre. Donc s’il pleut, ce sera la grosse douche et cela risque fort de provoquer moult rebondissements en tout genre.

Au lieu du 15 août habituel, Spa se tiendra durant le dernier week-end d’octobre (le week-end du changement d’heure !). Pas de pluie annoncée pour l’instant (3 jours avant l’épreuve) mais connaissant la fiabilité légendaire des prévisions de l’IRM1… Rien n’est moins sûr.

Le début des 24H du Nürburgring sous la pluie Le début des 24H du Nürburgring sous la pluie

Le coucher / lever de soleil

Un autre facteur important c’est la hauteur du soleil au lever et au coucher de soleil. Il est bien plus bas en automne qu’en été et l’avoir de face quand on roule à 250 km/h ne doit pas être très confortable… À condition qu’il fasse beau, bien sûr.

Cette année à Spa la nuit sera plus longue que la journée Cette année à Spa la nuit sera plus longue que la journée

Rattrapage

Si comme moi vous êtes un fan des courses d’endurance et que vous désirez les regarder en intégralité, mais pas forcément en direct, il est possible de les rattraper sur Internet. Les vidéos sont disponibles en direct ou en différé dès le lendemain de l’épreuve.

Honte au WEC

Sauf pour le WEC, qui, pour une raison que j’ignore, ne diffuse les vidéos que 3 semaines après l’épreuve. Oui, 3 semaines !!

Qu’est-ce qu’ils n’ont pas compris au WEC ? Les courses ont été jouées à huis clos, Internet ou la diffusion en télé est la seule manière d’y assister. Que cherchent-ils ? À pousser le peu de fans qui leur reste à se détourner de leur championnat ? Championnat qui, même sans corona virus, avait déjà du plomb dans l’aile. Et ce n’est pas propre aux 24H du Mans, ils avaient déjà fait pareil pour les 6H de Spa…

Résultat: je rattrape les 24H du Nürburgring (en Français !) avant les 24H du Mans (qui ne sont disponibles qu’en Anglais). Et après je continuerai avec les 24H de Spa, qu’il sera possible de suivre en direct ou en différé, en intégralité et en français.

Il est même possible que je fasse l’impasse sur les 24H du Mans, ou que je me contente d’un résumé. De toute façon, si c’est pour voir Toyota gagner en roulant le coude à la fenêtre… Au moins en Allemagne et en Belgique, la victoire se dispute !

Heureusement que les organisateurs des 24H du Nürburgring et des 24H de Spa permettent aux fans de suivre l’épreuve en direct ou en différé sans devoir attendre 3 semaines… Bravo, c’est comme ça qu’on entretien la passion et qu’on fidélise les fans. Merci à eux. Prenez-en de la graine, messieurs du WEC.

Espérons que la saison prochaine prochaine ces 3 courses retrouveront un calendrier normal et surtout, leur public.


  1. IRM: Institut Royal Météorologique