InterClassics 2019

Saviez-vous qu'il existe un salon digne de ce qui se fait de mieux en la matière tout près de chez vous ?

23 novembre 2019
Par Max
Cover image

En novembre les occasions de sortie se faisant plus rares, il est possible de tuer l'ennui en allant faire du lèche-vitrine au salon InterClassics.

Un nouveau salon

Un membre du club911.net ayant lu mes billets sur le Techno Classica Essen m'avait chaudement recommandé d'aller faire un tour au Heysel en novembre, à l'occasion de l'"InterClassics".

C'est un salon exactement dans la lignée de celui d'Essen, à savoir, rassembler des véhicules historiques et de prestige sous un même toit. Il a lieu tous les ans à la mi-novembre au palais du Heysel de Bruxelles et cette année c'était la cinquième édition. Il est donc relativement jeune à côté de son illustre aîné, qui soufflera ses 32 bougies en 2020 (du 25 au 29 mars - à vos agendas !).

J'ignore si la couverture médiatique de l'évènement est importante (je ne regarde pas la télé) mais je n'en avais jamais entendu parler. Par contre, une radio francophone populaire (Classic 21) était présente le dimanche après-midi où j'y suis allé.

Petit conseil conso

Le prix de l'entrée est bien moins élevé que celui d'Essen: 15 € (au lieu de 27 pour Essen). Et si vous achetez vos billets en ligne, vous éviterez la file interminable à la caisse. Et tant qu'on est à parler des prix, je trouve celui du parking C exorbitant: 10 € !

Le thème

Le salon est articulé à chaque fois autour d'un thème différent. En 2018, c'était évidemment les 70 ans de Porsche... que j'ai raté. Cette année, le salon fêtait les 100 ans de Bentley et mettait à l'honneur les designers italiens (Pininfarina, Bertone, Zagato, Touring et Ghia).

Mais la partie thématique n'est pas la plus intéressante. Concrètement, Bentley avait un grand stand avec des véhicules (très) anciens et modernes qu'il était difficile d'approcher. Quant aux designers italiens, quelques modèles exotiques tout aussi difficiles d'accès étaient aussi exposés.

La partie vraiment intéressante

Le plus intéressant c'est bien sûr tout le reste: des exposants venus montrer (et tenter de vendre) leurs petites merveilles à 4 roues (parfois 3).

On pourrait croire que la grande quantité à Essen de Porsche, Mercedes et autres représentants germaniques est logique puisqu'ils "jouent à domicile", mais non. Ailleurs aussi, on retrouve essentiellement les mêmes. Par contre, peut-être était-ce dû au thème, mais je n'ai jamais vu autant de Ferrari de toutes les époques réunies dans un même endroit.

A noter aussi la présence en nombre d'anglaises comme Jaguar et Austin Martin mais aussi Austin-Healey.

Les photos

Vous verrez que certaines photos sont sombres, d'autres beaucoup plus claires. Il faut dire que l'éclairage des palais du Heysel (5,6,7 et 9) consacrés au salon est quasiment inexistant. Et donc certains avaient prévu tout ce qu'il fallait pour la mise en lumière de leur stand, alors que d'autres se sont contentés de la lumière ambiante plus que tamisée.

Voici donc un petit aperçu de ce qu'on pouvait y découvrir.

Des tricycles

Un tricyle moderne. Ils avaient l'air de dire que c'est fun à conduire Un tricycle utilitaire Un tricycle où on est à l'abri de la pluie ;-) Dans celui-là, on sera mouillé

Des Bentley

La plus ancienne Bentley du salon L'intérieur d'une ancienne Bentley (notez le blason sur l'intérieur de la portière) Une Bentley qui a parcouru les circuits Une Bentley qui n'a pas grand chose à voir avec Bentley

Vehicules de course

Une voiture belge ! La fameuse Gillet Vertigo Une Porsche 996 Cup

Un peu de tout

Une Alpine Une BMW Z1. Non, la portière n'est pas démontée, elle est cachée dans le chassis lorsqu'elle est ouverte

Une Dodge Viper de première génération Une Detomaso Pantera des années 80

Une Saab Deluxe, s'il vous plait Une Triumph de toute beauté

Une Jaguar Type E: la plus belle des jaguar Power Flower

La seule Mercedes 300 SL du salon: le premier supercar de l'histoire Une Mercedes AMG (V8 bi-turbo)

Les américaines

Une magnifique Ford Cobra L'intérieur de la Ford Cobra Une GT40 Une autre GT40 Une magnifique Mustang fastback Une Mustang des années 70 Une Mustang GT 350 Une Mustang des temps modernes Une Chevrolet Eldorado: tellement longue qu'il est impossible de la photographier en entier La magnifique Chevrolet Stringray

Les Ferrari

La voiture de Magnum: une 328 GTS La 328 GTS vue de l'arrière Une 365 "Daytona" - plutôt rare La 458: la plus belle des temps modernes Une Ferrari 500 "Superfast" des années 60 La même en or Une Ferrari qui ne ressemble pas trop à une Ferrari La célèbre Testarrossa

Les autres italiennes

Une Lamgorghini Gallardo noire La même avec une portière ouverte: prévoyez une garage avec un haut plafond Une Lamborghini Miura Une Lamborghini 400 GT - particulièrement laide La mythique Lancia Stratos Une Maserati Ghibli Une Maserati 3500 GT Une Maserati Mistral

Les Porsche

Une 356 Speedster Le tableau de bord d'une 356 avec le compte-tours central Une Porsche 930 - la première 911 Turbo Un remake moderne de la Porsche 935 Les PMA bien représentées avec une 944 haut perchée Une 944 Turbo à 36.000 € Une 928 GTS au prix délirant de 82.500 € Une 968 (l'ultime itération des PMA) en version Club Sport Une 911 type 964 Speedster Le dernier Speedster en date (type 991) Une 911 S type 993 jaune Une 993 Turbo d'un rouge magnifique Une 993 Turbo avec un look de GT2 Une Porsche 964 Turbo 3.3L La seule 911 2.7L RS du salon - prix non communiqué ;-) Une 911 Classic qui aurait besoin d'un petit coup de polish Une Porsche Classic venant des US (on les reconnaît car elles n'ont pas de petit clignotant dans l'aile) Une Porsche 964 RS à côté d'une 928 GTS

En conclusion

Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en y allant: le salon est encore jeune et à part quelques initiés, personne ne semblait être au courant de son existence.

Au final j'ai été très agréablement surpris, d'abord par la qualité et la diversité des modèles exposés. Ensuite par la fréquentation: je trouve assez rassurant de constater que les belles autos attirent toujours les foules, de tous les âges. Et vu les prix pratiqués, certains sont apparemment prêts à y mettre le prix...

En tout cas, moi j'y retournerai sûrement l'année prochaine.

P.S.: Si vous l'avez raté et que vous ne pouvez pas attentre la fin mars pour Essen, il y aura une édition 2020 à Maastricht à la mi-janvier.