Que faire lorsque le temps pourri permanent empêche toute sortie ? Faire l'entretien de sa 911 soi-même.

Couverture entretenir_soi-meme_sa_991_facile

Prendre soin de sa voiture, ce n’est pas seulement la nettoyer quand elle est sale. C’est aussi entretenir la mécanique.

Alors bien sûr, il y a la solution de facilité: l’amener chez un professionnel et le laisser exercer son art.

Mais je trouve que s’intéresser à sa voiture, c’est aussi oser soulever le capot, regarder (comprendre) comment ça marche en mettant (un peu) les mains dans le cambouis. Non seulement on réalise des économies mais c’est surtout très enrichissant.

Au programme

J’ai donc décidé de me retrousser les manches et de faire tous les trucs simples. Certaines opérations de maintenance sont en effet relativement aisées et ne nécessitent pas d’outillage complexe ni de compétences particulières.

Voici ce que j’ai prévu de faire cet hiver:

  1. remplacement disques / plaquettes de frein - fait !
  2. remplacement filtres à air moteur
  3. remplacement filtres habitacle
  4. appoint liquide de refroidissement
  5. vidange
  6. purge et remplacement liquide de frein

Les opérations 1, 5 et 6 nécessitent de surélever la voiture: un bon cric et 2 chandelles suffisent.

Disques, plaquettes et…

J’ai commencé par ce qui me semblait le plus difficile et le plus long. Mais fort de mon expérience précédente sur la 996, je partais confiant, d’autant plus que les plaquettes anti-bruit n’existent pas sur la 991.

Si je n’ai rencontré aucune difficulté à l’arrière, l’avant m’a donné plus de fil à retordre.

Tout d’abord avec la durite du liquide de frein qui est fixe et non souple. Pour libérer l’étrier il est donc nécessaire de débrancher un connecteur et d’enlever une vis supplémentaire pour défaire un support faisant la jonction entre la durite dure et la souple.

…élargisseurs

Ensuite, avec les élargisseurs de voies à l’avant. Un élargisseur est un disque en métal qui se loge entre la roue et le disque de frein pour justement élargir la voie (écarter les roues davantage), “améliorant” le look de l’auto et modifiant aussi son comportement (pas toujours en mieux).

Peu importe qu’il s’agisse d’une option ou d’une fantaisie ajoutée par l’un des deux propriétaire précédents, il fallait bien entendu enlever cet accessoire pour accéder au disque. Ce qui ne fut pas une mince affaire…

Aucune vis ni aucun boulon ne retient l’élargisseur, son trou central étant juste un peu plus petit que le moyeu. Il tient essentiellement par habitude et oxydation.

Après moult efforts et aidé d’une bonne dose de WD-40, d’une spatule de plâtrier, d’un maillet en caoutchouc et d’un tournevis auquel je ne tenais pas trop, je suis finalement parvenu à le déloger.

Avant le remontage, je l’ai bien sûr nettoyé et poncé sur la “tranche” pour lui donner un aspect présentable (on ne met pas un élargisseur sale à côté d’un beau disque clinquant). Voilà ce que ca donne une fois le tout remonté:

À l'arrière, pas d'élargisseur: la jante touche le disque À l'avant, l'élargisseur entre la jante et le disque

Petite précision amusante

Comme sur la 996, les plaquettes disposent d’un emplacement permettant d’y insérer le témoin d’usure. Lorsque la plaquette est suffisamment usée, le disque entame le témoin qui finit par être détruit, provoquant l’affichage d’un avertissement au tableau de bord.

Alors que pour la 996 il était tout-à-fait possible de récupérer l’ancien témoin d’usure intact sans le casser, sur la 991 c’est juste impossible. Et croyez-moi, j’ai essayé de le récupérer, j’ai même eu l’occasion d’essayer 8 fois de différentes manières avec divers outils. Mais rien à faire, la seule façon d’extraire le témoin, c’est de le casser. Note à moi-même: ne pas oublier de commander ces pièces (2 à l’avant - 2 à l’arrière) la prochaine fois.

Résultat

Avec la moyenne fulgurante d’environ 3 heures par roue, il y a peu de chances qu’on m’embauche comme mécano aux 24H du Mans.

Douze heures au total cela semble beaucoup, mais j’ai perdu pas mal de temps avec les élargisseurs et les témoins d’usure. Puis tant que les roues étaient démontées, j’en ai profité pour nettoyer tout ce qui est habituellement inaccessible, comme l’intérieur des jantes que j’ai aspergées d’un produit miracle qui dissout les résidus ferreux des plaquettes qui ne partent pas au lavage.

Enfin pour le remontage, j’ai pris soin d’enduire les vis et les élargisseurs de graisse cuivrée, un autre produit magique qui empêche l’installation de la rouille tout en facilitant les démontages futurs.

Conclusion

Je suis content du résultat mais ma plus grande satisfaction est évidemment d’avoir fait tout ça moi-même, certes en prenant mon temps. Cerise sur le gâteau: je me suis fais plein de nouveaux amis: le WD-40 (dégrippant), le nettoyant frein (dissous graisse et saleté presque instantanément), la graisse cuivrée ainsi que le nettoyant jantes.

Cela m’a permis également de me rendre compte de l’usure réelle des pièces: le témoin des plaquettes était entamé à l’avant (il était donc temps de les changer) et les pneus (toujours à l’avant) sont usés presque jusqu’à la corde (littéralement). J’entends encore le vendeur me dire l’année passée: “Les pneus sont bons, les freins sont bons”… Mouais…

Au prochain épisode

Il me reste encore pas mal de travail, mais l’hiver n’est pas fini 😋. Teasing pour le prochain épisode: l’arrière de la 911 sera mis à nu.